La tolérance à la douleur varie beaucoup d'une personne à l'autre et avec la même personne au fil du temps.

Une tolérance réduite à la douleur est clairement présente chez les enfants, les adolescents et les personnes âgées.

Les bébés dans les 1 à 2 premiers jours après la naissance sont moins sensibles à la douleur.

Une réponse comportementale claire à la douleur est visible à l'âge de 3 à 12 mois.

Chez l'enfant, les voies nerveuses conduisant la douleur sont entièrement myélinisées à 30 semaines (intra-utérine).

Les connexions corticales avec le thalamus qui jouent un rôle dans la perception de la douleur sont complètement formées à 24 semaines.

Cependant, les voies inhibitrices de la douleur ne fonctionnent pas encore chez le nouveau-né.

Il est donc probable que les nouveau-nés, en particulier les prématurés, soient plus sensibles à la douleur que les enfants plus âgés et les adultes.

Il n'y a pas de moyen facile ou scientifique de mesurer la douleur d'un nouveau-né.

Les enfants peuvent devenir très calmes et inactifs lorsqu'ils souffrent. Ils peuvent aussi devenir très actifs. Les parents signalent qu'ils ne se comportent pas normalement.

Parfois, les enfants expriment leur douleur et leur anxiété par des crises d'agressivité.

Les enfants d'âge scolaire communiquent plus précisément sur leur douleur.

A l'âge de 8 ans, les enfants peuvent décrire de manière très fiable l'endroit où la douleur se manifeste. Les échelles de douleur et les outils d'auto-évaluation conviennent à la plupart des enfants de 4 ans et plus.

Les enfants de plus de 8 ans qui comprennent le concept d'ordre ou de nombre peuvent utiliser une échelle VAS.

Luc Peeters, MSc.Ost.